Cinérama


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Films des annees 2000.

Sans armes, ni haine, ni Clovis Cornillac

L’histoire de ce fameux casse du siècle était passée 15 fois dans l’émission d’Hondelatte. Nous n’avions jamais eu envie de regarder.

94.jpg

Jean-Paul Rouve dans un film,même si on nous le survend à longueur d’émissions, ça n’est pas forcemment désagréable, c’est même plutot un gage de réussite artistique.
Lui, au contraire des anciens acolytes, a parfaitement su virer cette vilaine étiquette de Robins des bois. Il a changé de registre et en a même plusieurs dans son répertoire.
A cela s’ajoute un choix minutieux des scénarios auxquels il prete sa tronche et au final on est rarement déçu, et avec Spaggiari pas plus que d’habitude.

 La casse du siècle

Même quand c’est lui qui passe derrière la caméra, on retrouve ce qui fait sa force, ses idées. Rouve a des idées et c’est ce qui le différencie par exemple d’Onteniente qui semble ne plus en avoir du tout. Ainsi s’il est au bord de l’abus des transitions fondues, tout le monde sera séduit par le procédé, pas si nouveau mais plaisant. Son autre qualité est de rendre les autres acteurs bons. Ainsi, à côté de son jeu quasi parfait, Alice Taglioni, qu’on essaie de nous refourguer toutes les semaines, sans qu’une once de talent scénique n’ait pu encore apparaitre en dehors de son talent physique, est plutôt très correcte. Gilles Lellouche, même si sa gueule revient toujours assez difficilement, s’affirme comme un des meilleurs acteurs actuels. Il est juste, nuancé et varié, tout ce que n’est pas Cornillac. A suivre donc.

Court long métrage

La durée d’1h30 convient parfaitement, on n’a pas le temps de s’ennuyer, et le film est riche. On ne s’éternise pas dans la banque et les plans d’Amérique du sud tournés au Portugal se savourent sans limites. Une vraie réussite pour un scénario écrit à l’avance par l’Histoire. L’ajout de la traque ne nuit pas à l’ensemble même si on en connaît rapidement l’issue. La tâche n’était pas aisée, Gondry et Klapisch s’y sont dernièrement cassés les dents mais à l’instar de DanyBoon, Cinérama a aimé. Jean-Paul Rouve réalise un début de carrière prodigieux Onteniente, lui souhaite de ne pas prendre pas un trop gros melon, ça peut nuire au talent.

Stavros

A venir,  la critique du retoutable Horton. Disco sera-t-il détronné ?


Disco: Salissez pas trop vos sièges

La bande annonce était pas bien fameuse, mais l’équipe de Cinérama n’est pas sectaire sauf pour aller voir Astérix. Elle a bien fait.

brandodisco.jpg

Ceux qui auront vu Disco, ressentiront sans doute un énorme sentiment de culpabilité. Ont-ils tué, volé, menti, trop souvent trompé leurs compagnons respectifs ? Qu’ont-ils fait pour mériter ça ? Qu’ils se rassurent, leur vraie faute aura surtout été de donner une part de leur maigre pécule au profit d’une oeuvre encore plus indigente. Mais ils seront rapidement absous. Car voir ça aura finalement été après reflection, un réel privilège. Ils pourront dire j’y étais.

Car Disco est en lice pour devenir la plus grosse merde de l’Histoire du cinéma français. Plus ennuyeux que du Tony Gatlif (lui c’est fait exprès) ou même du Robert Guédiguian, plus mal joué que les films avec Samy Nacéri (à part Raï, sa seule performance présentable à ce jour), au moins aussi drôle que le film des Robins des bois (Rrrrrh s’appelait-il sans doute, après la troupe a explosé en vol). Mais surtout, les plus grands scientifiques du cinéma ignoraient que cela puisse être possible: c’est plus mauvais que Madame Irma, le bijou de Didier Bourdon. Autant dire que l’on comprend mieux pourquoi Lemercier et Cornillac sont considérés comme des acteurs. L’île aux trésors avec Jugnot aurait donc du aller aux oscars.

Jet Set 3

Comment Onteniente après Jet Set et Camping, en passe désormais de devenir des chef d’oeuvre, a-t-il pu oser pondre un truc pareil ? Comment Dubosc un des comiques les plus talentueux a-t-il pu caricaturer ses propres créations à ce point?  On ne s’etendra pas sur Depardieu, Le Bihan ou Nanty tout simplement catastrophiques, vus et revus et bien plus pathétiques dans leur jeu que dans l’apparence des personnages qu’ils sont censés interpréter. Par contre, il faut s’arrêter un instant sur François-Xavier Demaison, le nouveau comique de service, l’homme qui monte dans le show buisness français: il est dégueulasse. Son petit rictus qu’il a baladé à longueur de plateaux télé fait vraiment chier. A part ça, ses talents de comédiens sont inexistants. Reste une énigme: qu’est ce que Béart est venue foutre là? La réponse est hélas pour elle de plus en plus évidente plus sa carrière avance. C’est juste une pistonnée de plus, qui a parfois eu la chance de faire des prestations correctes.

Ce film ne mérite même pas d’être analysé, hormis pour bien comprendre comment tout rater. Scénario mal pompé ici et là, acteurs non dirigés, décors iréels, même le propos n’est pas crédible une seconde, sans être caricatural, puisque ça n’existe nulle part. Le problème c’est que ça n’était pas de la science fiction. On l’a bien vu, Darty, Leclerc ou Buffalo Grill à longueur de film, ça existe vraiment. On comprend mieux le véritable sens du projet.

Stavros

Ah oui, j’oubliais la bande originale c’est du disco. Il y a donc bien un élément cohérent. Mais je vous aurais prévenu, c’est pas bien, pas bien, pas bien. Un peu comme une émission de Cauet en fait.


Un français sur 3 irait vivre dans le Nord

C’est fait. 17.405.832 spectateurs ont préféré donner leur fric à Dany Boon plutôt qu’à Clovis Cornillac. Ils ont eu raison, même si dans les 2 cas, le pognon va dans les poches de la même famille.

Comme Cinérama osait le pronostiquer après un succès déjà bien entamé, La Grande Vadrouille a été vaincue. C’est bon pour le cinéma, c’est surtout bon pour Claude Berri et Pathé. Au delà des considérations financières, le grand gagnant, c’est le talent. Un faible budget a permis de produire un film qui fait des entrées et là est bien l’important. Pas d’énorme star hormis l’adjudant Gerber, une promotion réelle, et une histoire sympa mais drôle et voilà. Faire un succès c’est aussi simple que de faire une grosse daube avec des m’as-tu vu avec le PIB d’un pays du sud.

P.S. : N’oubliez pas de voter à notre grand sondage !


Be kind, rewind: Soyez sympa, n’y allez pas

 Michel Gondry est tellement original, qu’il a fait un navet des plus classiques. Prodigieux.

bekindrewindpost.jpg

Un film sans intérêt, voilà ce qu’a pondu un des plus talentueux réalisateurs au monde. L’auteur d’un des plus beaux films de l’histoire du cinema (Eternal sunshine of the spotless mind) ne rééditera donc pas sa performance. Loin de là.
Basé sur un canevas des plus communs associé à des détails abracadabrants, à aucun moment le film ne parvient à prendre du relief. Malgré la folie de certaines idées, la réalisation est plate, monotone. Et comme le scenario ne suit pas, la catastrophe se déroule devant nos yeux impuissants et profondément ennuyés.
 

La nuit est ennui

Au bout de 10 minutes, on se dit que si les critiques sont si bonnes, c’est bien qu’il y a un truc de formidable. Au bout d’une demi-heure on a compris mais des illusions demeurent: Ou on sort de la salle, ou on dort avec l’espoir de rêver, ou on s’inflige le supplice pour pouvoir ecrire une critique fondée. J’ai fait ce dernier choix, incorrigible optimiste.
Mais non, rien n’y a fait, et surtout rien n’a été fait de bien. Tout est bancal. La seule idée qui tient la route est la possibilité pour chacun de réaliser des films amateurs avec 3 bouts de ficelle. Quel scoop !
 Il y a bien aussi 2-3 leçons sur l’absurdité et l’Amérique. Mais pas vraiment de quoi se relever la nuit.
Coté acteurs, c’est pas si dramatique, même si l’excellent Jack Black pourrait finir par lasser, j’ai bien dit pourrait.
Bref, si vous avez les fins de mois difficiles, surtout n’allez pas donner votre argent à Gondry. Et esperons que la prochaine fois, il bosse un peu plus scenario et réalisation.

Stavros

P.S. : Vous pouvez voir les films suédés sur le net. Profitez-en, c’est le seul truc correct du film. Et pour cause, pour faire de la merde, pas besoin de s’appliquer.


1...45678...10

Poudlard Scoop |
Le Monde Magique d'Harry Po... |
HITMAN et 35 autres FLIMS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ma vie, Mon oeuvre
| Le D.M.J 34
| AnNa MoUgLaLiS