Cinérama


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Films des annees 2000.

J’irai dormir au cinéma

jdahaffiche.jpg

La meilleure émission de télé, passe sur grand écran. Quel intérêt ? Un nouvel épisode, ni plus, ni moins. Pourvu que ça dure.

C’est l’histoire d’Antoine de Maximy, globe trotter passionné. Il a fait le tour du monde, découvert des dizaines de culture, rencontré des centaines de personnes et même dormi chez certains. Pour les fous de voyages, sa vie est un rêve. Son émission un enchantement de chaque instant. De la Bolivie à l’Ethiopie, de l’Inde au Japon. Et aux Etats-Unis, ses habitudes ne changent pas. De l’audace, de la curiosité, de l’originalité mais des risques aussi. Autant on aimerait l’accompagner dans son road movie, autant son escapade dans les quartiers chauds de New Orleans fait froid dans le dos. En quelques rencontres Maximy réalise le petit exploit de dresser un mini portrait de l’Amérique aussi caricatural qu’il peut être juste. Le film ne triche pas comme l’émission ne triche pas. Authentique et sincère. On peut se demander pour quelles raisons avoir quitté ponctuellement sa case télévisuelle. Drainer davantage de spectateurs, pouvoir en dire plus, surfer sur l’actualité, ou tenter tout simplement une nouvelle expérience.

Au final, l’épisode est toujours aussi savoureux voire encore meilleur que ses promenades précédentes même si du petit au grand écran, rien ne change vraiment. Ce n’est pas ce qu’on lui demandait.


Quantum of Solace: L’allegeance dans la peau

51b6azbdkql.jpg

Stavros est unanimement reconnu comme Le grand spécialiste de James Bond. C’est donc tout naturellement qu’il s’est rendu dans les salles obscures le 31 octobre comme tout le monde, se privant pour une fois d’avant-première et de projections presse. Et devinez quoi ? Il n’a pas trouvé de Jason Bourne.

Ne tergiversons pas, ce James Bond est sans aucun doute, l’un des meilleurs de tous les temps. De l’action, de la chair féminine, et surtout de l’émotion: les ingrédients sont là. Quantum surclasse Casino Royale et on ne parle pas de celui avec Woody Allen. Bien-sûr, Bond a évolué depuis la Guerre froide. On ne parle plus de nucléaire, ou de conquête de l’espace et les téléphones portables sont devenus un prolongement du bras. M est une femme mais ça on s’en était rendu compte depuis un bon moment. Sorti des quelques invraisemblances d’un scenario bien compliqué-une employée de bureau pour rappatrier l’agent le plus dangereux du monde, ce même agent qui supprime 3 gars aussi entrainés que lui, ou cette fameuse M prenant tous les risques pour se faire tuer- le film est une bombe. Une réalisation ultra nerveuse, des plans à couper le souffle et un Daniel Craig qui doit faire regretter aux parents Dalton et Brosnan d’avoir pris quelques secondes de plaisir de trop. D’accord, les James bonnes girls n’ont aucun intérêt, mais on pardonne; le méchant, maître du monde, est extraordinairement bon et pourtant il est Français.

James Bond n’est pas Bourne et hormis une violence commune, il n’a rien à voir avec. Cette violence de boucher neurasthénique est d’ailleurs la seule trahison de l’esprit original from Fleming. Imparfait mais efficace ce James Bond, on ne peut plus authentique, restera dans les mémoires.


Coluche : polémiques en cascades

Cinerama en avait parlé avant tout le monde et Coluche, le film, déchaine les passions

Après la plainte de Paul Lederman, finalement débouté, c’est au tour de la famille de Coluche de passer la seconde et de s’en prendre à un film dont le démarrage est pour l’instant poussif.

Romain Colucci, a déclaré à propos de l’oeuvre proposée au public. « C’est un film plein de contre-sens qui a la prétention de nous faire découvrir Coluche. J’ai l’impression d’une récupération derrière tout ça ! « Mon frère(Marius, né en 1976), ma mère(Véronique, campée à l’écran par Léa Drucker) et moi-même ne partageons aucunement cette version étriquée. La famille n’a jamais donné son aval et a refusé toute proposition financière.

Les choses se passent décidément d’une drôle de façon pour De Caunes et son dernier film, ce dernier déchaînant les passions … et surtout la haine.

Il est vrai qu’une biographie est un sujet éminemment difficile et pour lequel un consensus est dur à obtenir.

Burt


Coluche: ça de Caunes toujours

 medium1986coluche.gif

En exclusivité, l’équipe de Cinérama a pu visionner le tant attendu Coluche. Aurait-on mieux fait d’attendre la sortie officielle ?

A force de chier sur F.X. Demaison, on en avait oublié que dans un film de de Caunes tout le monde peut être bon. Ce n’est pas que la réalisation est mauvaise, elle est inexistante. Pour rappel, le film retrace la dizaine de mois de la candidature du comique aux elections présidentielles de 81. Le scenario passe en revue différentes thèses sur le pourquoi et le comment de son retrait. Au final on n’en sait pas vraiment plus sur cette question. Alors pour combler les vides, de Caunes a eu la bonne idée d’empiler les sketchs: Coluche sur scène, Coluche fait la fête, Coluche s’enerve, Coluche au commissariat, Coluche raconte une connerie, Coluche est généreux et Coluche réfléchit parfois aussi. Voilà, on a fait le tour d’une personnalité plus complexe qu’elle n’y parait. C’est pas vrai ?  Et il fallait donc quelques millions d’euros pour dire ça. Si on ne croyait pas voir François Rollin jouer son propre rôle, on se dirait que c’est un documentaire. On apprend bien 2-3 trucs pour ceux qui n’auraient pas lu les biographies sur le sujet, et ne s’ennuie pas tant que ça.

Demaison s’est fondu dans le personnage, difficile à croire, non ? Au suivant.


12345...10

Poudlard Scoop |
Le Monde Magique d'Harry Po... |
HITMAN et 35 autres FLIMS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ma vie, Mon oeuvre
| Le D.M.J 34
| AnNa MoUgLaLiS